Contenu

Envoi et transport de végétaux depuis La Réunion

La Réunion, espace phytosanitaire différent du territoire européen continental, se protège des organismes nuisibles aux végétaux en provenance de l’extérieur. Ainsi chaque jour, de nombreux contrôles sont effectués aux frontières, tant sur les flux commerciaux que les flux individuels, pour préserver notre île de l’introduction de ravageurs en provenance de pays tiers ou de pays de l’Europe continentale (dont la France hexagonale) qui auraient des conséquences importantes sur notre agriculture locale.

Le territoire continental de l’Union européenne se protège aussi de la même manière contre les ravageurs des cultures qui pourraient être introduits en provenance de pays extérieurs à l’union européenne ou d’autres territoires européens situés dans des espaces phytosanitaires différents comme La Réunion ou les autres départements d’outre-mer.

Ainsi, pour pouvoir être transportés ou envoyés vers le territoire continental européen (dont la France hexagonale), les végétaux, fruits, légumes et produits végétaux transportés dans les bagages des voyageurs et les colis doivent donc répondre à certaines conditions.

Certains végétaux ne peuvent pas voyager vers l’union européenne (dont la France hexagonale) que ce soit par colis ou dans les bagages

En application des dispositions réglementaires* et en raison de la présence d’organismes nuisibles aux végétaux sur notre territoire, telle que la mouche orientale des fruits, il n’est pas possible de transporter ou d’envoyer des mangues, des agrumes dont les combavas, des poivrons et des piments.

* Annexe VI du 2019/2072 du 28 novembre 2019. Il n’y a actuellement à La Réunion aucune possibilité de certifier de l’absence de certains organismes nuisibles sur ces fruits, notamment la mouche orientale des fruits. Leur expédition est donc impossible.

Certains végétaux peuvent être envoyés vers l’union européenne (dont la France hexagonale), dans vos bagages ou par colis, sans aucune déclaration, formalité ou limitation de quantité

Il s’agit des bananes, ananas, coco, durian et dattes.

Certains végétaux peuvent voyager s’ils sont accompagnés d’un certificat phytosanitaire

Le certificat phytosanitaire est un document officiel qui est délivré par les services de la direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt après un examen des végétaux.

Les végétaux suivants peuvent être transportés à destination du territoire continental de l’UE (y compris la France hexagonale) à condition d’être accompagnés d’un certificat phytosanitaire : letchis, fruits de la passion, tous les autres végétaux :

  • Si vous souhaitez envoyer un colis avec ces végétaux c’est très simple, les opérateurs professionnels du colisage proposent des solutions en conformité avec la réglementation et effectuent les démarches pour vous. Il est donc vivement conseillé de faire expédier vos fruits par colis en passant par un professionnel du colisage, qui se chargera d’accomplir les formalités administratives phytosanitaires, dans le respect de la réglementation européenne
  • Si toutefois vous souhaitiez transporter des fruits et légumes dans vos bagages, vous devez en faire déclaration au-delà de 5kg auprès des agents de la DAAF basés au premier étage de l’aéroport. Cette déclaration doit impérativement se faire avant l’enregistrement.
    En dessous de 5kg, la déclaration n’est pas nécessaire. Elle sera obligatoire à partir du 1er avril 2021.

Attention : si vous souhaitez transporter dans vos bagages des végétaux destinés à la plantation (avec racines), la déclaration est obligatoire quelle que soit la quantité avant votre voyage auprès des services de la DAAF avec prise de rendez-vous préalable (contact : 02.62.30.88.45 ou pec974.stdenis.sivep@agriculture.gouv.fr)

Respectez la réglementation, les sanctions peuvent être importantes

Des contrôles peuvent être menés tant au départ qu’à votre arrivée à destination.
En cas de non-respect de ces dispositions, les marchandises pourront être saisies et des poursuites engagées**, tant au titre du Code rural et de la pêche maritime qu’à celui des dispositions douanières en vigueur.

**Article L.271-7 du Code rural et de la pêche maritime : délit passible de six mois d’emprisonnement et 300.000€ d’amende (1.500.000€ pour les personnes morales)