Contenu

Le comité de transformation agricole

Le préfet de La Réunion a transmis aux ministres en charge des outre-mer et de l’agriculture, le 18 décembre 2020, le rapport de conclusion des travaux conduits par le comité de transformation agricole. Une validation interministérielle est attendue sur ces propositions, ce qui permettra une déclinaison opérationnelle du scénario proposé, avec les outils budgétaires que sont la PAC, le POSEI, la convention canne 2022-2027 et le Plan France Relance.

Un premier rendez-vous du comité national, fin 2020, a permis de faire un point d’étape et d’établir un premier bilan de la mise en œuvre des mesures du plan France Relance dans les DOM.

À La Réunion, la filière canne a fait l’objet de travaux sur sept thématiques : « montée en gamme et valorisation ultramarine des productions » ; « mise en place d’une production de sucre bio » ; « productivité, mécanisation et désherbage de la canne » ; « canne-énergie » ; « étude sur les revenus des planteurs de canne » ; « synergie entre la filière canne et les autres filières » ; « valorisation au travers des rhums et alcools de canne ».

Les conclusions de ces travaux ont permis de confirmer la nécessité de renforcer la montée en gamme des productions et la recherche de compétitivité au niveau de la production de canne mais également des process industriels et de création de valeur ajoutée au travers des sucres spéciaux, des sucres bio, du rhum et de l’énergie (en valorisant mieux la bagasse dans les usines Albioma).

En 2021, l’étude macroéconomique canne-fibre est arrivée dans sa dernière phase par la finalisation de l’outil de modélisation et la rédaction du rapport d’études. Le comité de pilotage a validé les résultats définitifs et le rapport d’étude ainsi que la diffusion et la communication des résultats.

L’étude sur les « revenus des planteurs de canne » a également été finalisée grâce à l’appui d’un stagiaire ingénieur-agronome, en collaboration avec la chambre d’agriculture et le CTICS.

Pour les filières d’élevage, la mise en place du logo RUP (Région Ultra Périphériques) s’applique désormais à la plupart des produits commercialisés, via la commande publique, par les filières organisées au sein de l’interprofession ARIBEV-ARIV.

Concernant les filières végétales, la nomination d’un référent bio au sein de la DAAF doit permettre l’élaboration d’un plan de développement des productions en agriculture biologique à La Réunion.