Contenu

Filière viticole
Présentation générale : production, superficies, marchés, cadre structurel...

En 2015, 13 ha de vignes disposent d’un droit de plantation et sont immatriculés au CVI (Casier Viticole Informatisé).
La filière organisée, au travers de la coopérative du Chai de Cilaos, compte 5 à 6 Ha réellement cultivés (5 apporteurs)

La spécificité climatique du cirque de Cilaos permet la mise en place de cette culture qui a trouvé là un terroir bien marqué, même si des aménagements préalables des parcelles sont en général nécessaires : mise en place de terrasses, épierrage, irrigation, filets protecteurs contre les oiseaux. La climatologie spécifique génère cependant un risque fort pour cette production puisque les récoltes doivent se faire pendant la période cyclonique et les vendanges sont régulièrement perturbées par les menaces d’intempéries.

On trouve différents cépages dans le cirque. Historiquement, on trouve de l’Isabel, très adapté aux conditions pédo-climatiques du cirque. Cependant, ce cépage est interdit depuis car le vin issu de sa vinification contient du méthanol. Ce cépage est toujours présent dans les vignobles du cirque sur une surface qui n’est pas connue.

Par ailleurs, la démarche expérimentale de plantation initiée en 1994 a porté ses fruits.
Les principaux cépages rouges en production sont le Pinot noir, la Syrah N, Chenanson N. Au niveau des cépages blancs, le principal cépage est le Chenin. Mais on trouve également le Verdelho B. _ 

Les acteurs de la filière

La production viticole dans le cirque peut se caractériser par deux formes de production distinctes.
D’une part, des producteurs organisés en coopératives (Chai de Cilaos) produisent un vin qui répond aux normes en vigueur, qui fait l’objet d’une fiscalisation et d’un suivi administratif.

Le Chai de Cilaos possède les équipements techniques nécessaires à la vinification. L’ensemble de la production est vinifié collectivement pour donner une gamme de vins allant du blanc moelleux, blanc sec, rouge et principalement du rosé.

D’autre part, la filière des "indépendants" propose des "vins traditionnels" dont la vinification se fait sans contrôle particulier dans les caves des producteurs. La vente de ces produits se fait essentiellement en bord de route sous l’appellation "vin de Cilaos". Il s’agit d’une économie parallèle non fiscalisée mais qui représente potentiellement des volumes importants. Les producteurs se sont regroupés en 2015 en formant le GVI (Groupement des Viticulteurs indépendants). Par la suite a également été créée l’Association Pédagogique et Expérimentale en Viniculture Viticulture et Agriculture (APEVVA) à l’initiative d’un viticulteur de Cilaos indépendant en partenariat avec un viticulteur alsacien.

L’APEVVA affiche une ambition de développement de la filière (mise en place de nouveaux cépages nobles, de nouveaux porte-greffes, expérimentation,...)

Enfin, le syndicat des producteurs de vins du pays de Cilaos a pour principale vocation la valorisation et le développement des activités viticoles du cirque, le syndicat des producteurs est la structure porteuse de la demande de reconnaissance en IGP. Le syndicat porte son action de manière indépendante vis-à-vis des autres entités. en tant qu’ODG (organisme de défense et de gestion) il aura en tre autres la charge des contrôles internes des règles de production par rapport au cahier des charges de l’IGP.

 

Diagnostic et enjeux

Le Chai de Cilaos rencontre depuis 2007 d’importantes difficultés liées principalement à la baisse de production. Les investissements ont permis la création d’un outil avec une capacité de 20 000 bouteilles alors que la livraison des vendanges de 2015 devrait permettre la production de 2000 à 3000 bouteilles.

Les enjeux liés à cette filière sont multiples de part les caractéristiques liées au territoire. La filière viticole doit répondre à des enjeux économiques (augmentation et sécurisation de la production) mais également sociaux (professionnalisation et accompagnement des producteurs).