Contenu

PRAANS Volet Réunion 2013-2016

Programme Alimentation Activités Nutrition Santé

La nutrition, englobant alimentation et activité physique, participe à la détermination de l’état de santé d’un individu. Son rôle comme facteur de protection ou de risque des pathologies les plus répandues en France (certains cancers, maladies cardiovasculaires, obésité, diabète de type 2) est confirmé.

État des lieux des problématiques de nutrition à La Réunion

Chez les enfants, les enquêtes réalisées montrent que 12 à 27 % des jeunes entre 5 et 15 ans sont en surcharge pondérale (surpoids + obésité). Hormis la classe d’âge des 5-6 ans, cette prévalence est supérieure à la moyenne métropolitaine :

  • 26,2 % des enfants en CM2 (10-11 ans) présentaient un surpoids ou une obésité en 2004-2005 (19,7 % en métropole)
  • 19,2 % des enfants en classe 3ème (13-14 ans) présentaient un surpoids ou une obésité en 2003-2004 (16,7 % en métropole)

La population adulte réunionnaise est davantage concernée par les problèmes d’obésité que la métropole. En population générale, les enquêtes (REDIA 1999-2000 et RECONSAL 2001-2002) révélaient des prévalences de l’ordre de 35 % pour le surpoids et de 15 % pour l’obésité à La Réunion. La prévalence de l’obésité augmentait avec l’âge, et ce de manière très nette chez les femmes (14% chez les 30-39 ans, 20 % chez les 40-49 ans et 27 % chez les 50-59 ans).

Le pourcentage des personnes diabétiques de type 2 traitées pharmacologiquement est estimé à 8,8 % de la population en 2009, ce qui place La Réunion en tête de toutes les régions de France. La fréquence régionale du diabète traité est le double de celui observé au niveau national en 2009 (4,4 %).
Cependant, la prévalence du diabète traité ne tient pas compte des cas non diagnostiqués. Selon l’enquête REDIA (1999-2000), la prévalence du diabète connu était estimée à 11,2 % chez les Réunionnais de 30-69 ans. La prévalence du diabète, connu et dépisté, quant à elle, s’élevait à 17,5 %, environ 5 fois plus élevée qu’en métropole.

La Réunion n’est pas épargnée par les maladies cardiovasculaires qui constituent le premier motif d’admission en Affection de Longue Durée (ALD) et la première cause de décès (29 %) sur l’île devant les cancers (24 %).

Au regard de l’état nutritionnel de la population réunionnaise, la nutrition y apparaît comme une priorité majeure de Santé Publique.

C’est pourquoi l’Agence de santé de l’Océan indien (ARS-OI) a proposé de faire de l’amélioration de l’alimentation l’une de ses priorités transversales dans le cadre du projet stratégique de santé, à Mayotte comme à La Réunion.
D’un commun accord, l’ARS-OI, la DJSCS et la DAAF ont décidé de proposer conjointement un Programme Alimentation Activités Nutrition Santé (PRAANS). Le Rectorat, le Département, la Région, l’Association des Maires, la Caisse Générale de Sécurité Sociale, la Mutualité de la Réunion et le Centre Hospitalier Universitaire se sont associé à cette initiative d’ensemble.

Le PRAANS Volet Réunion 2013-2016 PRS_PRAANS_def_modifie (format pdf - 3.5 Mo - 15/06/2016) a été signé officiellement le 9 avril 2013.
L’axe II du PRAANS constitue le Plan Régional de l’ALIMentation.