Contenu

Industries AgroAlimentaires (IAA)

Panorama 2016 des IAA

Le secteur agroalimentaire joue un rôle majeur dans l’’économie des territoires. Avec un chiffre d’’affaires
de 171 milliards d’’euros, il est le premier secteur manufacturier en termes d’’emploi, avec 418 332 salariés.
Il est un vecteur de promotion à l’’international du modèle agricole et alimentaire français.

Élaboré tous les deux ans à l’occasion du Salon international de l’alimentation (SIAL), le Panorama des industries agroalimentaires (IAA) est le résultat du travail des services du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. Il fait le point sur la situation des entreprises françaises actives dans les domaines des industries alimentaires et de la fabrication de boissons et comprend trois parties :

- les enjeuxdes industries agroalimentaires, déclinés en 10 thématiques ;
- les chiffres et indicateurs clés
- les fiches régionales présentant les chiffres clés, le diagnostic ainsi qu’’une carte représentant les industries agroalimentaires de la région, en fonction de leur effectif salarié.

Le panorama des industries agroalimentaires 2016

Les chiffres clés de La Réunion

  • 1 246,8 millions d’euros de chiffre d’affaires dont 108 réalisés à l’export
  • 4 148 salariés au 31 décembre 2014
  • 437 établissements
  • 391 entreprises
  • 0,7% du chiffres d’affaire des IAA en France
  • 32% du chiffre d’affaires manufacturier régional
  • 31,4% de l’emploi manufacturier régional

La fiche régionale (format pdf - 460.7 ko - 11/10/2016)

AAP « soutien a l’investissement dans des secteurs stratégiques pour la résilience de notre économie »

Cet appel à projets doit permettre à l’Etat de soutenir les meilleurs projets d’investissements de nature à renforcer l’autonomie et la résilience des filières industrielles françaises. Il s’agit de diminuer leur degré de dépendance vis-à-vis de fournisseurs extra-européens tout en développant les filières d’avenir garantissant la création de valeur en France et en Europe.

Les projets d’investissement peuvent se présenter sous la forme :

  • de créations de nouvelles unités de production,
  • d’investissements dans des unités de production existantes pour augmenter et moderniser leurs capacités de production ou les rendre plus productives et plus flexibles,
  • du développement et de la mise en œuvre à l’échelle industrielle de procédés technologiques
    innovants.

Les thématiques sectorielles retenues pour cet appel à projets sont :

  • La santé, notamment pour permettre la production de produits de santé jugés comme étant prioritaires pour pouvoir faire face aux besoins sanitaires ;
    -* L’agroalimentaire, avec notamment la production ou la transformation de produits agroalimentaires, d’intrants essentiels pour l’industrie agroalimentaire ;
  • L’électronique, en priorité les projets de localisation en France de production électronique ou de lignes pilotes ;
  • Les secteurs fournissant des intrants essentiels à l’industrie, tels que les matières premières stratégiques du secteur de la métallurgie et les produits de l’industrie chimique.

Vous trouverez plus de précisions et d’informations dans le cahier des charges ci-joint. Celui-ci est communiqué à titre indicatif, en amont de l’ouverture de l’appel à projets et de la plateforme de dépôt des dossiers de Bpifrance, afin d’accompagner les entreprises dans la préparation de leur dossier.

Cet appel à projets sera ouvert du 31 août au 17 novembre 2020. Il est à noter que les dossiers seront traités au fil de l’eau et que, en cas d’épuisement des moyens financiers affectés à cette procédure, cet appel à projets pourra être arrêté de manière anticipée par décision du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance.

Toutes les informations sont disponibles sur : https://www.entreprises.gouv.fr/fr/...

Appel à candidatures pour l’expérimentation de l’affichage environnemental des produits alimentaires

Dans le cadre de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, le ministère de la Transition écologique, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, et l’ADEME lancent une expérimentation sur plusieurs mois visant à tester différents dispositifs d’affichage environnemental sur les produits alimentaires. Au travers d’un appel à candidatures, les acteurs volontaires pourront proposer leur dispositif pour un accès à une information environnementale fiable et lisible. L’objectif est d’évaluer les effets de cet affichage sur les choix des consommateurs et de les orienter vers une consommation alimentaire plus respectueuse de l’environnement.

Qu’est-ce que l’affichage environnemental sur les produits alimentaires ?

L’affichage environnemental vise à transmettre aux consommateurs, en situation de choix lors d’un achat alimentaire, des informations sur les caractéristiques environnementales des produits proposés sur le marché. Au-delà de la demande de transparence sur les caractéristiques des produits, l’affichage environnemental répond à deux enjeux :

  • Permettre aux consommateurs d’intégrer la dimension environnementale dans leurs arbitrages et choix alimentaires et ainsi les aider à opérer des substitutions de produits, en privilégiant des catégories de produits à plus faible impact environnemental.
  • Signaler aux consommateurs les actions engagées par les entreprises et les filières visant à réduire leurs impacts environnementaux et ainsi créer de nouveaux marchés.

Il entend fournir une information sur l’impact environnemental de toutes les étapes de la fabrication jusqu’à l’acheminement des produits alimentaires. Il permet ainsi aux consommateurs de faire des choix plus vertueux grâce une information plus claire, plus lisible et plus homogène.

Dans ce cadre, l’appel à candidatures est notamment lancé pour :

  • les entreprises du secteur agricole et agroalimentaire
  • les distributeurs
  • les acteurs de la restauration collective
  • les acteurs du numérique (applications etc.)
  • les équipes de recherche.
  • les associations.

Quel est l’objectif de cet appel à projet ?

Prévue en application de l’article 15 de la loi relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire et à l’économie circulaire, cette expérimentation vise à évaluer différentes méthodologies et modalités d’affichage environnemental et/ou social. Toute structure est invitée à déposer auprès du comité de pilotage des projets d’expérimentation ayant pour objectif d’apporter un éclairage à la question suivante : « Selon quelles modalités est-il possible de fournir au consommateur une information environnementale lisible, fiable et objective, afin de lui permettre d’orienter ses choix vers une consommation alimentaire plus respectueuse de l’environnement ? ».

À partir des outils et méthodes disponibles actuellement, l’expérimentation doit permettre de tester et identifier des démarches visant deux objectifs complémentaires :

  • L’information et la sensibilisation des consommateurs sur l’impact environnemental de leurs pratiques alimentaires, afin de les aider dans leur choix de consommation, et faire évoluer les pratiques vers des régimes plus durables ;
  • L’évolution de l’offre des produits alimentaires et des modes de production, engageant les acteurs agricoles et agroalimentaires dans des démarches de progrès (éco-conception).

Les contributions permettront ainsi d’apporter un éclairage sur différents aspects :

  • Les indicateurs : ex - propositions d’indicateurs agrégés adaptés à un affichage à l’échelle d’un produit spécifique ; propositions d’indicateurs agrégés à l’échelle d’un plateau-repas ;
  • Les formats d’affichage : ex – propositions de formats d’affichage adaptés à l’information du consommateur : affichage descriptif (par exemple des nombres) ou prescriptif (logos, couleurs, etc.)
  • Les modalités de mise en œuvre : ex – intérêt et contraintes de tels ou tels dispositifs pour les acteurs professionnels, l’aspect contrôlable du dispositif
  • Les effets/impacts des dispositifs d’affichage sur les populations cibles : ex – compréhension des dispositifs par le consommateur et mesure des impacts sur les actes de consommation ; impact sur les entreprises (faisabilité)

Quelles sont les étapes de l’expérimentation ?

Menée depuis février 2020 et pour une durée de dix-huit mois, l’expérimentation a, dans une première phase, mobilisé largement les acteurs professionnels du secteur alimentaire, du secteur du numérique, et de la société civile pour en définir le cadre et le calendrier.

L’appel à candidatures ouvre une nouvelle phase décisive, et l’ensemble des acteurs seront associés au processus d’expérimentation, qui sera mis en œuvre de manière volontaire par des structures privées ou publiques, répondant à cet appel.

En parallèle à ce volet expérimental, des groupes de travail transversaux permettront d’étudier et d’apporter des éclairages à des problématiques identifiées. L’ensemble des travaux sera conduit par un comité de pilotage, associant le ministère de la Transition écologique, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, l’ADEME et l’INRAE.

L’expérimentation sera suivie d’un bilan transmis au Parlement et comprenant une étude de faisabilité et une évaluation socio-économique de ces dispositifs. Sur la base de ce bilan, la méthodologie et les modalités d’affichage environnemental les plus pertinentes seront arrêtées pour le secteur alimentaire.

Comment participer à l’expérimentation ?

Les candidats peuvent déposer leur dossier dès le 9 septembre et jusqu’à la mi-mars 2021. L’appel à candidatures ainsi que les documents de cadrage sont disponibles sur : https://www.ademe.fr/expertises/con...

Appel à projets territorial "Soutien à l’investissement industriel dans les territoires"

L’appel à projets territorial "Soutien à l’investissement industriel dans les territoires" a été récemment publié. Il vient compléter l’AAP "Fonds de soutien à l’investissement industriel dans des secteurs stratégiques".

Projets attendus :

Le présent dispositif vise à soutenir des investissements à dimension industrielle, susceptibles de démarrer rapidement et ayant des retombées socio-économiques fortes pour le territoire : il peut s’agir par exemple de création de sites industriels, d’extension, de modernisation d’outils productifs, de plateaux techniques de formation professionnelle ou encore de plateformes de services aux industriels…

Tous les territoires sont éligibles : même si le dispositif est animé dans le cadre du programme Territoires d’Industrie, il ne s’y limite pas géographiquement. Une priorité sera toutefois donnée aux projets s’inscrivant dans un Territoire d’Industrie (https://agence-cohesion-territoires...).

Le dispositif est complémentaire aux autres outils d’aide aux entreprises, notamment ceux mis en place dans le cadre du plan de relance. Ainsi, à l’issue du processus d’instruction des dossiers déposés dans le cadre du présent appel à projets, les porteurs de projet pourront être redirigés vers d’autres dispositifs existants gérés par l’Etat et ses opérateurs ou par d’autres partenaires.

Critères d’éligibilité :

Les projets peuvent être de nature individuelle ou collective ; dans le cas où le projet réunit plusieurs partenaires, seul le porteur du projet bénéficie de la subvention. Par conséquent, le porteur de projet doit supporter l’intégralité des dépenses retenues dans l’assiette de l’aide.

Les projets doivent présenter une assiette minimale de dépenses éligibles de 400 000 euros, réalisées sur une durée maximum de 2 ans. Seuls sont éligibles les investissements réalisés en France et non-engagés avant le dépôt complet de la demande d’aide.

Pour être éligibles, les dépenses doivent être compatibles avec le régime d’aide qui sera retenu pour le projet (par défaut le régime cadre temporaire pour le soutien aux entreprises Covid-19, SA.56985 modifié par l’amendement SA.57299).

Budget et modalités :

Le budget alloué à ce fonds est de 150 M€. Les projets bénéficiaires sont accompagnés en subvention. Le taux d’intervention est décidé au cas par cas en fonction des critères de sélection et du régime d’aide applicable (dans le respect des règles européennes relatives aux aides d’Etat notamment). L’enveloppe est consommée au fil de l’eau jusqu’à épuisement des fonds.

Calendrier :

Le dispositif est ouvert à partir du 1er septembre 2020. La sélection des dossiers se fait au fil de l’eau jusqu’à épuisement des fonds.

Vous trouverez plus d’informations à l’adresse suivante : http://relance.projets-territoriaux...

Aides aux IAA

La DAAF a réalisé une étude complète sur l’industrie agroalimentaire réunionnaise, en collaboration avec NEXA, agence régionale de développement, d’investissement et d’innovation. L’agroalimentaire est le premier secteur industriel de l’île, ce secteur appuie son développement sur une production agricole diversifiée et un outil industriel et commercial performant formé de plus de 800 entreprises.
Pour en savoir plus :
  • MEP_IAA10 (format pdf - 5.9 Mo - 30/06/2016)Temps de téléchargement estimé : 1 min 36 s (512 K), 48 s (1024 K), 24 s (2 M), 9 s (5 M).
  • AIDE_FEADER_action_4-2-1 (format pdf - 1.2 Mo - 11/08/2016)