Contenu

Le SALIM

Le SALIM, service de l’alimentation est organisé en trois pôles et une mission transversale.
Le pôle production primaire comprend 2 unités :
L’unité santé et protection animale traite des animaux de rente,
animaux domestiques, faune sauvage captive.
• S’assure de la bonne santé des animaux (impacts économiques de
certaines maladies) et concourt à préserver la santé humaine en
luttant contre les zoonoses.
• Veille au respect du bon entretien des animaux par l’application des
normes bien être, ainsi qu’à la protection de la faune sauvage
captive.
• Gère le plan de lutte contre les épizooties majeures (plan ORSEC),
ainsi que le contrôle des fabricants d’alimentations animales.

L’unité santé des végétaux
• Pilote le plan ECOPHYTO décliné régionalement, comprenant des
actions afin de réduire et améliorer l’utilisation des traitements
phytosanitaires dans les cultures et faciliter le recours à des
mesures alternatives comme la lutte biologique,
• Réalise des contrôles afin de vérifier le respect de la bonne
utilisation des produits phytopharmaceutiques chez les
distributeurs, les applicateurs et les utilisateurs tout en
promouvant des pratiques agricoles plus respectueuses de
l’environnement,
• Met en oeuvre la surveillance biologique du territoire vis à vis des
organismes nuisibles aux végétaux, impactant notamment les
productions tant vivrières qu’ornementales.

Le pôle sécurité et offre alimentaire est chargé, d’une part, du suivi de la sécurité sanitaire des aliments, et d’autre part de la mise en oeuvre locale de la politique de l’alimentation.
• L’unité “inspection en abattoirs” est chargée du contrôle individuel « ante mortem » et « post mortem » des animaux de boucherie et des carcasses destinées à être livrées à la
consommation humaine ainsi que des conditions d’abattage (hygiène, traçabilité et protection animale). Une inspection des abattoirs de
volailles et lagomorphes est également assurée.
• L’unité “inspection hors abattoir” réalise les inspections dans les
entreprises agroalimentaires mettant sur le marché des denrées
animales ou d’origine animale (viandes et produits à base de
viande, lait et produits laitiers, oeufs et ovo-produits, poissons et
produits de la pêche, miel), ainsi qu’en restauration collective à
caractère social (restauration scolaire, universitaire, médicosociale,
pénitentiaire, etc.). Ses agents instruisent par ailleurs les dossiers d’agrément ou demandes de dérogation des entreprises qui gèrent les alertes alimentaires pouvant survenir dans ces secteurs d’activité.
• L’unité offre alimentaire est chargée de mettre en place le Plan
Régional de l’Alimentation (axe II du Programme Alimentation
Activités Nutrition Santé local). L’objectif est de soutenir des projets locaux en cohérence avec les quatre priorités du Programme National pour l’Alimentation : la justice sociale, l’éducation alimentaire de la jeunesse, la lutte contre le gaspillage alimentaire, et, l’ancrage territorial et la mise en valeur du patrimoine alimentaire.
Elle est également chargée du contrôle de la qualité nutritionnelle des repas servis dans le cadre de la restauration scolaire.

Le pôle échange et inspection aux frontières est chargé de réaliser les
contrôles à l’importation, dans les domaines vétérinaire et phytosanitaire, ainsi que la certification à l’exportation pour les animaux
vivants, les denrées animales et d’origine animale, et les végétaux.
Dans le domaine import vétérinaire, les contrôles concernent, les
denrées animales et les animaux vivants importés de pays tiers pour
l’aéroport.
Ces contrôles vétérinaires aboutissent à la délivrance d’un DVCE (document vétérinaire commun d’entrée), qui permet ensuite le
dédouanement du lot et sa mise en libre pratique. En cas de non-conformité, le refoulement ou la destruction du lot peuvent
être ordonnés.
Dans le domaine de l’import phytosanitaire, les contrôles concernent, sur les mêmes sites, tout végétal, produit végétal voire autre produit concerné par la réglementation phytosanitaire, introduit à La Réunion, en provenance de pays tiers, mais également de l’union européenne ou de la métropole. En effet, les problématiques liées aux organismes nuisibles sont spécifiques dans les DOM, et un arrêté préfectoral (n° 2011-1479 du 30 septembre 2011 modifié) réglemente les introductions de végétaux à La Réunion.
D’autres types de contrôles sont aussi menés par le PEIF, notamment le contrôle des navires de pêche comme les navires usines de la pêche
australe (légine) et les débarques et inspection sanitaire des navires.
Par ailleurs, le SALIM est en charge de l’inspection des installations
classées pour la protection de l’environnement.

La Mission d’enquêtes vétérinaires et phytosanitaires (MEVeP)
La MEVeP est chargée des enquêtes administratives et judiciaires dans les domaines de la santé publique vétérinaire, de l’alimentation et de la protection des végétaux. Elle a pour mission de contrôler la remise directe au consommateur, lutter contre la délinquance sanitaire, de participer à a lutte contre les vols agricoles, d’effectuer en relation avec la douane le contrôle des importations ou introductions dans le bagages des passagers aériens, d’effectuer le contrôle des transports routiers de denrées et de contrôler la distribution des intrants. Elle inscrit son action dans un partenariat quotidien avec les forces de l’ordre et les autorités judiciaires et les autres administrations. Elle travaille avec les 3 autres pôles du Salim.