Contenu

Ce que je risque.

Une telle attitude est grave. Elle nuit directement à l’agriculture et à l’environnement.

La Loi prévoit pour cette infraction jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende (Article 251-20 du Code Rural). Les peines intermédiaires sont rappelées dans l’Arrêté préfectoral n°2104-3327 du 28 avril 2014.